Journée de la femme : Rencontre avec Pascal et Clara, mari et fille d’une femme arbitre

A l’occasion de la journée internationale de la femme, ce mercredi 8 mars, nous sommes allés à la rencontre des proches des arbitres féminines, qui vivent leur passion avec elle.

 

cady-bandeau

Cady Ciblac (à gauche) et Émilie Guineheux

Arbitre de handball depuis ses quinze ans, Cady Ciblac, 42 ans, officie aujourd’hui en départemental, au Stade montois, après plusieurs années en national. Brancardière, épouse, mère de trois enfants* et arbitre, cette femme passionnée jonglent à merveille avec ses multiples casquettes.

Son mari Pascal et leur fille ainée Clara, 16 ans, nous en parlent…

 

– Qu’est-ce que ça vous fait d’avoir une femme et une maman arbitre de handball ? 

Pascal : C’est une personne qui est vraiment généreuse peut-être trop. Elle peut traverser la France entière pour venir arbitrer ou former des arbitres en emmenant ses enfants. Elle ne fait pas ça pour l’argent, c’est vraiment ça passion. J’en suis très fier.

Clara : D’un côté c’est bien, ça permet de voyager beaucoup, de voir jouer des grosses équipes et faire plein de rencontres. Mais le mauvais côté, c’est le manque de ma maman… Parfois les week-ends, on se voit juste le dimanche soir quand elle rentre de son match. Par contre, même fatiguée, elle nous fait toujours partager ce qu’elle a vécu, elle nous raconte le match. J’aime beaucoup l’écouter !

 

– C’est une passion qui nécessite beaucoup d’investissement et de déplacement, comment le vivez-vous ? 

Pascal : Je la soutiens à 100%. Elle arrive à tout gérer et planifie tout à l’avance. Le lundi, elle prépare le prochain match, organise les activités des enfants et le samedi, elle va arbitrer en emmenant un ou deux enfants avec elle. Tout cela, en plus de son travail !

Clara : Dès que je peux, je la suis partout. Ma petite sœur n’aime pas trop les grands voyages, je suis souvent la seule à pouvoir y aller. Et là, je retrouve ma maman ! On partage de bons moments de complicité.

 

– Que pensez-vous d’elle quand elle est sur le terrain ? Et en dehors ? 

Pascal : Elle fait très bien son travail et n’a peur de personne. Sa particularité ? Elle rigole tout le temps. En dehors du terrain, elle reste la même.

Clara : Quand je la vois sur le terrain en tenue d’arbitre, je suis fière d’être sa fille. Être arbitre c’est un beau travail mais aussi très dur ! Maman arrive toujours à garder son calme et à gérer les situations même avec les garçons ; elle est trop forte. Et c’est la même à la maison !

 

– Quelle est la place de l’arbitrage dans votre vie de famille ? 

Pascal : Très importante, toute la famille la soutient et vit au rythme de cette passion. Quand elle n’en parle pas, c’est quand même ambiance handball à la maison puisqu’elle est aussi coach d’une équipe nationale !

Clara : C’est vrai, elle en parle tout le temps ; elle n’arrête pas (rire) ! Dans la vie quotidienne, on l’aide du mieux qu’on peut pour qu’elle puisse continuer à arbitrer. On ne s’ennuie pas c’est sûr ! Entre son travail, l’arbitrage et nous, c’est vraiment une maman qui assure !

 

– Clara, que penses-tu de l’arbitrage féminin dans le sport ? 

Clara : Je trouve que les femmes qui arbitrent c’est vraiment très bien. Dans le sport, on voit souvent les garçons et du coup les femmes montrent aussi qu’elles sont là et qu’elles peuvent faire aussi bien. Moi je préfère jouer au handball, je ne me sens pas capable de faire la loi sur un terrain (rire).

 

Famille-Cady-Ciblac

* Les 3 enfants de Pascal et Cady, agés de 16 ans, 12 ans et 6 ans