La féminisation de l’arbitrage est en marche

Illustrée au plus haut niveau par les succès de Stéphanie Frappart ou de Julie et Charlotte Bonaventura, la féminisation de l’arbitrage poursuit sa progression.

Lors des Journée Nationales de l’Arbitrage ou à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, il tient à cœur à La Poste, partenaire des arbitres, de mettre un coup de projecteur sur celles qui incarnent la fonction sur les terrains de football, rugby, handball et basket-ball.

Un taux de féminisation de la fonction en progression constante…

Sur les 64 076 arbitres recensés au total en France sur les 4 sports, 12 810 sont des femmes, soit 20% des effectifs. Un chiffre qui cache des disparités importantes entre les sports. Si la féminisation demeure un enjeu important dans le rugby (146 arbitres féminines, 6% de l’effectif total) et le football (1 100 arbitres féminines, 4%), le basketball (3 560 arbitres féminines, 25 %) et le handball (8 004 arbitres féminines, 29 %), font aujourd’hui bonne figure en termes de parité.
Ces chiffres sont néanmoins en constante progression dans ces 4 disciplines. Le nombre d’arbitres féminins dans l’hexagone a ainsi été multiplié par 2,5 depuis 2011 passant d’environ 5 000 arbitres (10% du total), à 12 810 arbitres pour la saison 2019/2020. Preuve que les politiques volontaristes, soutenues par La Poste, des fédérations en termes de recrutement de femmes arbitres commencent à porter leurs fruits.

… et portée par des têtes d’affiches au plus haut niveau

Une dynamique également entretenue par l’émergence d’arbitres féminines de niveau international qui permettent de mettre en lumière l’arbitrage féminin, à l’image de Stéphanie Frappart et de son assistante Manuela Nicolosi dans le football (arbitres de la dernière finale de Coupe du Monde féminine et de la Supercoupe d’Europe) et des sœurs Julie et Charlotte Bonaventura en handball (arbitres de la dernière finale des championnats du monde féminin). En basketball l’excellence de l’arbitrage au féminin est également reconnue, 3 des 12 arbitres internationaux sont des féminines.

La féminisation, un enjeu pour les Français
Selon une étude d’opinion commandée par La Poste à l’occasion des Journées Nationales de l’Arbitrage, la féminisation du corps arbitral est très fortement souhaitée par les Français avec 93 % d’opinions favorables. 9 Français sur 10 considèrent par ailleurs que le développement de l’arbitrage à l’avenir passe par la féminisation*.

LES CHIFFRES CLÉS DE LA FÉMINISATION DE L’ARBITRAGE

Football

1 100 arbitres féminines
14 arbitres « Fédérale Féminine 1 »

Handball

8 004 arbitres féminines
30 juges arbitres féminines nationales,
dont 1 binôme international


Rugby

146 arbitres féminines
2 arbitres internationales féminines

Basket-ball

3 560 arbitres féminins
dont 14 arbitres féminines de haut-niveau
et 3 arbitres féminines internationales

 

* Etudes Kantar / La Poste – Baromètre de l’arbitre- septembre 2019