Virginie Jimenez : Arbitre de Hand et postière

Depuis quand travaillez-vous à La Poste et sur quelle fonction ?

Je travaille à la poste depuis 15 ans en tant que factrice à Gevrey-chambertin. J’ai une tournée rurale ou je distribue courriers et colis. Il m’arrive parfois d’installer des tablettes pour les séniors ainsi que des boitiers « veiller sur mes parents ».

Pouvez-vous présenter votre parcours d’arbitre ?

J’ai débuté l’arbitrage très rapidement après avoir commencé à jouer au hand-ball. J’avais 14 ans et j’étais passionnée par ce sport. Il m’a semblé très important d’en connaître les règles afin d’améliorer mon niveau de jeu sur le terrain et mon club recherchait des bénévoles pour arbitrer les matchs jeunes.

Des journées de formation étaient organisées en collaboration avec le comité de côte d’or. J’étais également arbitre pour la filière UNSS ou j’ai eu la chance de participer à un championnat de France et au cours duquel on nous a remis avec ma binôme le titre d’arbitre national UNSS.

J’ai par la suite décidé de me consacrer uniquement au jeu car j’évoluais en N3, nous avions de longs déplacements et par conséquent plus de temps pour cette activité.

J’ai renoué avec cette fonction il y a 8 ans car mon club « CSIT GENLIS  » dans lequel je suis membre du bureau directeur recherchait des arbitres afin de satisfaire aux obligations de la fédération et de la ligue de Bourgogne. Actrice du développement de l’école d’arbitrage « tutrice JA » de ce même club, je prends énormément de plaisir à transmettre aux jeunes arbitres mes connaissances et les accompagner lors des rencontres.

Aujourd’hui je suis arbitre régionale et nous officions avec ma binôme des rencontres de niveau nationale 3 féminine et excellence régionale masculine.

Selon vous, quelles sont les valeurs communes que vous rencontrez dans votre fonction postale et dans votre fonction arbitrale ?

J’ai plutôt un profil médiateur et à l’écoute en tant qu’arbitre et c’est également ma façon d’agir au quotidien lorsque un client est mécontent alors je prends le temps nécessaire afin de gérer la situation au mieux. Je dirais être au service des autres avec respect, équité, bienveillance autorité (que je laisse à ma binôme) partage afin que le jeu se déroule au mieux et que tous mes clients soient satisfaits.

Dans le contexte actuel, votre expérience d’arbitre vous aide-t-elle dans votre quotidien de postière ?

Dans ce contexte très particulier mon expérience d’arbitre m’a beaucoup aidée. La gestion du stress, le courage, car la 1ère qualité d’un arbitre c’est le courage, la solidarité. Chaque rencontre est unique, notre saison est rythmée par des hauts et des bas, nous nous remettons constamment en question, nous sommes très solidaires et complémentaires; nos échanges et nos difficultés nous permettent d’avancer et de progresser. Cela me permet de rester lucide et concentrée dans mon travail.

En tant qu’arbitre, dans un contexte où le respect des règles est particulièrement important, auriez-vous un message à faire passer ?

Comme souvent les règles sont contraignantes et nous avons envie de les contourner. Plus le contexte devient difficile et plus elles ont leur importance. J’aimerais que les conditions actuelles nous inspirent à plus de tolérance et de discipline.

La mission de service public est un dénominateur commun entre votre activité professionnelle de postière et votre fonction arbitrale, est-ce important pour vous et pourquoi ?

Un arbitre rend service aux joueurs car s’il n’y a pas d’arbitre, il ne peut pas y avoir de jeu. De même, appliquer le règlement rend service au jeu, les règles sont faites pour améliorer le jeu et elles évoluent constamment pour aller dans ce sens.

Dans notre métier nous sommes au service de nos clients, nous nous adaptons à leurs attentes et leur proposons de nouveaux services dans le but de répondre à leurs besoins.

Pour ma part j’apprécie tout particulièrement en ce moment de leur permettre l’envoi d’un paquet d’une lettre ou tout autre service sans qu’ils n’aient à se déplacer, ou même simplement offrir un sourire à ces personnes qui sont isolées et seules.


Tweeter