Sophie : Arbitre de Basketball et infirmière anesthésiste

Quel est votre métier ?

Je suis infirmière anesthésiste, j’ai 34 ans, je vis à Limoges en Nouvelle Aquitaine.

Pouvez-vous présenter votre parcours d’arbitre ?

Mon parcours en tant qu’arbitre est un peu atypique je dirais. J’ai commencé lorsque j’étais minime (U15 pour les jeunes générations lol), j’arbitrais les poussins et benjamins de mon club et cela pendant de nombreuses années avant de commencer de manière officielle. C’est au décours d’un match où je coachais que le président de la CDO87 de l’époque m’a proposé de rentrer en formation ( Je l’avais pas mal titillé sur le règlement pendant le match lol). C’est donc en 2007 que j’ai commencé à officier en tant qu’arbitre départemental. L’année d’après je validais mon niveau régional où j’ai officié 2 ans avant d’évoluer en CF3 pendant un an. L’année d’après j’étais présenté au niveau CF2 que j’ai raté. Je suis resté en ligue encore 5ans de plus en pré-nationnal avant de revenir stagiaire fédérale l’an dernier et cette année arbitre fédéral.

Selon vous, quelles sont les valeurs communes que vous rencontrez dans votre métier de soignant et dans votre fonction arbitrale ?

Tout d’abord le respect, des autres et aussi des règles.

Ensuite le travail en binôme avec mon collègue comme avec l’anesthésiste. Mais aussi la collaboration avec différents intervenants comme les coachs, les OTM et les joueurs. Toute cette partie là de l’arbitrage est essentielle au bon déroulement de la rencontre et dans mon travail au quotidien il faut tenir compte du rôle de chacun : chirurgiens, infirmiers de bloc, patients, famille, anesthésiste, étudiants… Il faut développer une capacité d’écoute et savoir faire respecter ses besoins et protocoles en respectant aussi ceux des autres.

On retrouve aussi l’anticipation et la préparation que ce soit des interventions au travail ou des matchs dans l’arbitrage.

Et pour finir bien sûre, la gestion du stress et des émotions.

Dans le contexte actuel, votre expérience d’arbitre vous aide-t-elle dans votre quotidien de soignant ?

Oui je pense qu’habituellement c’est plutôt l’inverse, mon expérience professionnelle me permet de m’adapter dans ma fonction d’arbitre. Aujourd’hui je pense que les techniques de gestion de stress que j’ai mises en place dans l’arbitrage me permettent de diminuer un peu celui de la situation de crise sanitaire que nous vivons.

En tant qu’arbitre, dans un contexte où le respect des règles est particulièrement important, auriez-vous un message à faire passer ?

Juste prenez soins de vous et soins des soignants en restant chez vous. Continuez surtout à respecter toutes les règles de distanciation sociale et d’hygiène pour limiter la propagation de ce virus.
Et une dernière chose : continuons tous à respecter tout cela même lorsque le confinement va se lever car la guerre n’est pas fini…

Je voudrais aussi remercier toutes les personnes qui chaque jour nous témoigne leur affection et leur reconnaissance, ça fait du bien. On espère bien sortir de cette crise difficile et surtout que nos conditions de travail soient améliorées à la suite de ça.

La mission de service public est un dénominateur commun entre votre activité professionnelle de soignant et votre fonction arbitrale, est ce important pour vous et pourquoi ?

Oui c’est important car il y a le terme SERVICE. Je pense aujourd’hui que le service public se doit de perdurer, beaucoup de gens en ont besoin et nous devons l’assurer. Dans mon travail je pense que tout le monde doit avoir accès aux meilleurs soins de la même façon. Pour l’arbitrage c’est pareil nous devons donner le meilleur de nous pour rendre la rencontre la plus agréable et la plus juste pour tout le monde. En tant qu’arbitre nous sommes au service du jeu et du basket.

 

 


Tweeter