Réforme des examens fédéraux pour les arbitres de rugby

L’instauration du contrôle continu et la mise en place d’une plateforme sont parmi les éléments principaux de la réforme des examens nationaux, validée par la DTNA et présentée à tous les intervenants. Son architecte principal, Rémy Charleroy, détaille ses tenants et ses aboutissants.

Souvent mis à l’honneur ces dernières années, l’arbitrage français souffre pourtant d’une lente érosion de ses compétences. Comme chaque réforme, celle-ci a été initiée à la lecture d’un froid constat : la connaissance théorique de l’arbitrage français est en diminution, de plus en plus déconnectée de la réalité du terrain. Et le regrettable phénomène ne date pas d’hier. « Juste après le confinement, j’ai récupéré les examens fédéraux et j’ai décidé d’analyser les résultats des années précédentes. Les calculs ont confirmé cette baisse, comme l’impression générale des formateurs. La nouvelle génération d’arbitres qui arrive, avec tout ce qu’apporte la télé aujourd’hui, sait très bien analyser une situation à un instant T, mais le pourquoi du comment de la règle peut leur échapper », tranche Rémy Charleroy.

L’arrêt des compétitions en mars 2020 avait déjà offert une parenthèse à ce membre de la Direction technique nationale de l’Arbitrage (DTNA) depuis 2014 pour ébaucher un projet de réforme de la formation de l’arbitrage. « J’en ai été le concepteur mais je n’ai pas travaillé tout seul, tempère-t-il. Je me suis entouré de nombreux profils, formateurs, responsables arbitrage de Ligue et départementaux… Le sujet est tellement vaste. » Si ce niveau général est en baisse, c’est sans doute parce que le modèle de formation en place était devenu caduc. De fait, ces examens fédéraux n’avaient pas été modifiés depuis de nombreuses saisons quand le jeu, les joueurs et donc l’arbitrage ont, eux, largement évolué. « Les profils n’ont pas changé mais les résultats ont baissé. C’était à nous de comprendre pourquoi et de faire évoluer notre formation », poursuit Rémy Charleroy. Lui n’a pas chômé durant le printemps noir de 2020, jetant les premières bases de cette réforme. Avec l’appui d’un socle de compétences, le projet s’est affiné jusqu’à être présenté puis validé par Franck Maciello, le DTNA. « Puis on a passé les six premiers mois de l’année à le présenter aux formateurs et aux responsables de Ligue. L’accueil a été bon même si la nouveauté fait toujours un peu peur », constate Rémy Charleroy, également arbitre fédéral depuis 2010.

Un outil informatique pour simplifier la vie des arbitres tout en renforçant leur suivi

Parmi les grandes nouveautés, le passage de la filière d’année civile en saison sportive, « ce qui me paraît plus logique et qui ne change rien ». Plus en profondeur, les candidats devront dorénavant bûcher sur un contrôle continu qui remplace et supprime de fait les anciens examens fédéraux. Son instauration est apparue indispensable. Rémy Charleroy : « C’était une volonté globale. Avant, l’examen final, on l’avait ou pas. Là, on est obligé de réviser toute l’année, aidé par un accompagnement resserré. Les questionnaires du contrôle continu (vrai/ faux, QCM) peuvent être refaits à volonté. Le candidat se trompe ? Il réfléchit, il recommence, il approfondit sa connaissance de la règle… »

> LIRE LA SUITE SUR LE SITE DE LA FFR