Reconversion tout terrain pour Pierre Olivier Julien !

Partons à la rencontre de cinq anciens joueurs aux parcours différents qui ont décidé de réorienter leur trajectoire sportive vers l’arbitrage, après avoir été un jour Champions de France ou après avoir porté le maillot frappé du coq. Premier épisode avec Pierre Olivier Julien !

Maxime Chalon, Joy Neville, Nic Berry, Philippe Bonhoure, Alain Rolland, Karl Dickson, Joël Jutge aujourd’hui patron des arbitres à World Rugby, autant de noms d’arbitres qui il y a quelques années faisaient le bonheur de leurs clubs de première division ou de leur équipe nationale, et qui un jour ont orienté leur parcours vers l’arbitrage, retrouvant autrement le très haut niveau. Sur les traces de leurs aînés, d’autres joueurs se sont lancés dans l’aventure de l’arbitrage après leur carrière ballon en main.

« Il est évident que pour ces arbitres qui ont été joueurs de très haut niveau, et même internationaux pour certains, la connaissance du jeu favorise une lecture efficace » précise Franck Maciello « et nous sommes attentifs, lorsqu’un ancien joueur décide de se consacrer à l’arbitrage, à lui faire rapidement grimper les échelons, s’il en a bien évidemment les compétences, pour, pourquoi pas lui permettre d’atteindre le très haut niveau rapidement. »

L’arbitrage est ainsi un prolongement du parcours sportif, et même pour certains une nouvelle carrière. « Bien évidemment » ajoute le DTNA «la pratique du haut niveau n’est pas la seule condition pour y officier avec un sifflet, tout comme le fait de ne pas y avoir joué n’est en rien rédhibitoire pour devenir arbitre de Top 14, mais nous pensons que c’est un élément facilitateur pour une progression plus rapide. » Partons à la rencontre de 5 anciens joueurs aux parcours différents qui ont décidé de réorienter leur trajectoire sportive vers l’arbitrage, après avoir été un jour Champions de France ou porté le maillot frappé du coq.

Pierre Olivier Julien a été pendant sept ans joueur professionnel à l’ASBH, alternant au poste d’ailier ou de centre, et a disputé plus de 120 rencontres de rugby pro entre 2003, dans l’effectif Espoirs Pro de Narbonne, et 2012, date à laquelle il finira sa carrière à l’AS Béziers Hérault, dont il n’est aujourd’hui guère loin, habitant à 15 km du stade la Méditerranée.

Un parcours riche et brillant entamé en 1999 et marqué de plusieurs titres, universitaires, Fédérale 1, UNSS, sélection des comités, et une sélection en 2003 avec France 7. « Deux ans avant la fin de ma carrière » confie-t-il, « j’ai commencé à arbitrer dans le Comité du Languedoc, car je voulais conserver un lien dans le rugby après avoir joué. S’il était bien sûr difficile alors de me consacrer entièrement à l’arbitrage, j’ai tout de même arbitré 7 à 8 matchs officiels sur chacune de ces deux saisons »

Une transition qui s’est faite naturellement, Pierre Ollivier prenant régulièrement le sifflet lors d’entraînements, et une transmission aussi, son père ayant été arbitre quelques années auparavant. « Je ne regrette vraiment pas cette orientation » ajoute-il, « Il y a beaucoup de similitudes avec ma vie de joueur, notamment dans la préparation, et puis l’arbitre est vraiment au cœur du jeu comme le joueur. Mais il y a beaucoup de différences aussi, car lorsqu’on est joueur professionnel, on ne maîtrise guère son agenda, et celui de l’arbitre est tout de même plus souple, même s’il est toujours rythmé par les matchs le week-end ou les différents temps de formation. C’est tout de même plus facile dans l’organisation de sa vie personnelle, professionnelle ou familiale »

Ce jeune papa diagnostiqueur immobilier de métier court donc maintenant les terrains de Fédérale 1 et de Nationale, et reste toujours un compétiteur dans l’âme « Quand j’entre sur le terrain, je veux être le meilleur sur mon match, comme lorsque j’étais joueur ». Des rencontres qu’il aborde avec la même passion et la même envie que lorsqu’il jouait, et avec toujours autant de sérieux dans la préparation physique ou mentale. De rencontres au cours desquelles, il lui arrive de croiser d’anciens adversaires ou partenaires « cela me fait toujours plaisir de les revoir, mais nous gardons eux comme moi une forme de distance, comme si nous ne nous connaissions pas ! »

Une distance qu’il conserve aussi sur le terrain avec l’ensemble des acteurs, se gardant bien de prodiguer des conseils de jeu, malgré une carte de visite de sportif de haut niveau bien garnie « un arbitre n’accepterait pas qu’un joueur lui donne des conseils sur son arbitrage, la réciproque est tout aussi vraie ! » Une reconversion réussie pour Pierre Olivier Julien, qui a su donner un prolongement quasi naturel à sa longue carrière de joueur de haut niveau. « En tous les cas, je ne regrette vraiment pas de m’être lancé dans cette aventure, et à ceux qui hésiteraient à le faire, je ne peux que dire de ne pas hésiter trop longtemps ! Il y a vraiment beaucoup de plaisir à prendre avec un sifflet, nous sommes vraiment des acteurs ! »

Alors si comme Pierre Olivier Julien l’aventure vous tente, une seule adresse jeveuxarbitrer@ffr.fr !

@Source FFR – Crédit photo : Pierre Salina