Marion : Arbitre de Basketball et manipulatrice radio

Quel est votre métier ?

je suis manipulatrice radio,  j’ai 32 ans, et je vis à Dax dans les Landes, en Nouvelle Aquitaine.

Pouvez-vous présenter votre parcours d’arbitre ?

J’ai découvert l’arbitrage grâce aux journées de l’arbitrage en 2005 . J’ai arbitré ensuite une saison en département. Lors de mes années d’étude à Bordeaux j’ai mis l’arbitrage de côté, pour le reprendre en 2012. J’ai alors découvert les formations régionales puis grimpé les échelons 1 à 1 pour arriver aujourd’hui en CF1 . Ce niveau, où j’évolue depuis 3 saisons maintenant, me permet d’arbitrer de la N2M et de la LF2.

Selon vous, quelles sont les valeurs communes que vous rencontrez dans votre métier de soignant et dans votre fonction arbitrale ?

Le respect: Envers mes coéquipiers arbitres et OTM, joueurs et coachs, envers mes collègues, les médecins et les patients

Disponibilité : En temps qu’arbitre, être au service du jeu pour que la rencontre se déroule bien. Et en temps que manip, être au service du patient, pour lui apporter la meilleure prise en charge possible, en fonction de son stress, de sa maladie et parfois de ses douleurs.

La confiance en soi et la prise de décision : Lors d’un match, un arbitre prend plusieurs centaines de décisions en moins d’une seconde, il a très peu de temps pour l’hésitation. Un patient peut être parfois faire une grosse réaction allergique suite à une injection de produit. Certaines réactions peuvent être extrêmement graves et là non plus il n’y a pas de place pour l’hésitation, il faut réagir rapidement et contrôler la situation.

Le self contrôle : Rester calme dans toutes les situations. Je le travaille plus sur le terrain seule ou à deux face à toute une salle de basket, que dans mon travail ou je suis seule ou à deux face à un seul patient.

Le plaisir : Je souhaite à tout le monde de pratiquer un loisir, ou de travailler dans un domaine qu’il aime.

Dans le contexte actuel, votre expérience d’arbitre vous aide-t-elle dans votre quotidien de soignant ?

Je pense que mon expérience d’arbitre m’aide tout le temps dans mon quotidien de soignant et pas uniquement dans le contexte actuel.

Le travail d’équipe, la confiance en mes collègues, la rigueur aussi sont des qualités commune à arbitre et soignant.

Parfois nous nous retrouvons face à des patients agressifs (rarement heureusement), et mon expérience d’arbitre m’aide alors dans la gestion du conflit.

En tant qu’arbitre, dans un contexte où le respect des règles est particulièrement important, auriez-vous un message à faire passer ?

Protégez vous, protégez les autres! Restez chez vous! Dans quelques temps vous pourrez retrouver les plaisirs de la vie, profiter de votre bonne santé, de votre famille, et vos amis.

La mission de service public est un dénominateur commun entre votre activité professionnelle de soignant et votre fonction arbitrale, est ce important pour vous et pourquoi ?

Mon rôle de soignante et d’arbitre est indispensable ( sans prétention ). Sans arbitre, il n’y a pas de match.
Parfois, pour les patients, sans imagerie, il n’y a pas diagnostic précis de leur maladie, donc pas de traitement adapté pour les soigner.

Le service au public donne un sens à mon activité.


Tweeter