La FFF lance la professionnalisation des arbitres féminines

Huit arbitres bénéficieront lors du prochain championnat de D1 Arkema du plan de professionnalisation de l’arbitrage féminin lancé par la FFF.

La professionnalisation des arbitres féminines est lancée. Approuvée par le Comité exécutif de la FFF, elle sera mise en place lors de la prochaine saison de la D1 Arkema. Huit arbitres en bénéficieront : quatre centrales et quatre assistantes.

Elles percevront une indemnité mensuelle de préparation, qui s’ajoutera à celle de match. En complément des trois stages habituels au CNF Clairefontaine des arbitres de la D1 Arkema, elles devront en suivre quatre autres spécifiques de trois jours pendant la saison.  » Ces nouvelles conditions leur permettront de se consacrer davantage à l’arbitrage et ainsi de renforcer leurs compétences techniques et athlétiques », indique Pascal Garibian, Directeur Technique de l’Arbitrage (DTA).

« Je suis heureuse de m’engager dans ce plan de professionnalisation. C’est une avancée incontestable pour l’arbitrage féminin. J’y vois une source de progrès. J’aurais plus de temps et de moyens pour me consacrer à ma fonction d’arbitre », se félicite Maika Vanderstichel (photo ci-dessus), l’une des quatre centrales retenues.

Ce plan de professionnalisation vise à élever le niveau de l’arbitrage féminin français et à en faire une référence internationale. Il doit aussi inciter d’anciennes joueuses de haut niveau à devenir arbitres. Destiné à huit officielles la première année, le dispositif est appelé à se développer au cours des prochaines saisons.

Les huit bénéficiaires sont :

– Arbitres centrales : Victoria Beyer, Alexandra Collin, Savina Elbour, Maika Vanderstichel.

– Arbitres assistantes : Clothilde Brassart, Stéphanie Di Benedetto, Jennifer Maubacq, Nabila Zaouak.

 

© Source FFF