Interview de Joel Dumé après le Tournoi des 6 Nations « le Bilan est bon »

Nous avons interrogé Joel Dumé, Directeur National de l’Arbitrage à la Fédération Française de Rugby, pour faire un bilan du Tournoi des 6 Nations.

 

Comment s’est passé le Tournoi des 6 Nations du coté de l’arbitrage ?

Le bilan est bon, le tournoi s’est bien passé pour nos 5 Français présents, avec en vue, la prochaine Coupe du Monde au Japon.

En résumé, il ya 14 arbitres centraux pré-sélectionnés, (12 vont être retenus), et World Rugby avait prévu de donner un match a chaque arbitre sur ce tournoi. Sur ces 14 arbitres, il y a 4 arbitres centraux Français (Romain Poite, Jerome Garcés, Mathieu Raynal et Pascal Gaüzère), leurs matchs se sont très bien passés et ils ont été a la hauteur de l’événement.

Du coté des juges de touche, World Rugby avait désigné de jeunes arbitres sur les matchs du Tournoi, en vue de leurs participation a la Coupe du Monde 2023, et là encore 1 Français était candidat (Alexandre Ruiz) et à tenu son rang.

Sachant que les sélections seront faites la semaine prochaine, les quarts de Finale de la Coupe d’Europe vont avoir leur importance en terme de préparation et de pré-sélection. Là aussi, nous avons 4 arbitres sélectionnés, 2 en Champions Cup et 2 en Challenge Cup, avec la certitude d’avoir Jérome Garcès pour une des demi-finale.

 

Comment expliquez-vous la présence d’autant de Français au niveau international ?

C’est un travail que nous faisons depuis des années, avec d’un côté des structures de détection et de formation qui ont accompagnées des jeunes pour les amener au haut niveau, et de l’autre coté, un très bon championnat de Top 14, qui permet aux Français tous les dimanches d’arbitrer des matchs de haut niveau et d’être prêts.

Au niveau international on leur demande en plus une extrême précision, mais en terme de management, de contrôle de match et d’enjeu, ils sont prêts et arrivent avec l’expérience nécessaire.

 

Peut-on imager qu’il y aura toujours autant d’arbitres Français au niveau international dans les prochains années ?

Non, il y a une nécessité que les autres pays soient présents, pour ne pas se retrouver dans des situations compliquées en Europe où il y a de moins en moins de pays représentés, et où la France et l’Angleterre fournissent le plus gros des effectifs.

Toutes les nations sont concernées, certaines nations mises sur la détection alors que d’autres poussent surtout leurs anciens joueurs, en tout cas, il faut une répartition plus homogènes des arbitres, pour ne pas se retrouver comme cela pourrait être le cas en Coupe d’Europe où une finale entre Français et Anglais ne pourrait être arbitrée que par 4 arbitres internationaux pour avoir une neutralité.

 

Cette année, une arbitre Française, Aurélie Groizeleau, était également présente au Tournoi des 6 nations féminin ?

Effectivement, c’était son premier match international, et sa prestation a été tout à fait bonne, d’ailleurs, la manager du WR féminine s’est montrée vraiment satisfaite, donc Aurélie est potentiellement une des arbitres retenue pour la prochaine Coupe du Monde féminine.

 

Justement, qu’en est-il de la présence des arbitres Françaises à haut niveau ?

Il nous faut faire davantage pour l’arbitrage féminin d’où la la création il ya deux mois d’un groupe de détection et de formation des arbitres féminines. Elles seront coachés et suivi de façon particulière, avec des passerelles plus rapides au sein de l’arbitrage national, pour pouvoir accélérer leur progression. La problématique est que pour être au haut niveau, elles doivent arbitrer avec les mêmes règles internationales pour être plus efficace, hors en fédéral 2, ce n’est pas le cas par exemple.

Pas mal de matchs féminin vont être diffusé d’ailleurs prochainement, avec en arbitre centrale des arbitres féminines qui pourront, on l’espère, susciter des vocations !

 

Propos recueillis par yann Dubourg par téléphone le 27/3/2019