David Salvador : Arbitre de Basket et facteur qualité

Depuis quand travaillez-vous à La Poste ?

J’ai commencé à travailler à La Poste en 2007-2008 en CDD, car ma chef d’équipe cherchait quelqu’un. Puis j’ai eu une proposition de CDI en 2010 en tant que facteur d’équipe. En 2015, je suis devenu facteur qualité.

Pouvez-vous présenter votre parcours d’arbitre ?

J’ai toujours été joueur de basket, un peu turbulent parfois. Je suis arbitre depuis plus de 10 ans maintenant. Les clubs cherchaient des arbitres et c’est ce qui m’a poussé à commencer. Au départ, je pensais que j’allais arbitrer seulement de temps en temps et finalement, j’arbitre beaucoup plus ! Je me suis habitué avec le temps à adopter un regard différent sur le jeu (de joueur à arbitre). Depuis que je suis monté en région, l’arbitrage est d’autant plus intéressant et je rencontre de nouveaux clubs, de nouvelles équipes et de nouvelles visions du jeu.

Quelles sont les valeurs communes que vous rencontrez dans votre fonction postale et dans votre fonction arbitrale ?

En tant que postier, je suis en contact avec mes clients et en tant qu’arbitre avec les joueurs, les coachs et tous les officiels. Dans mon travail comme dans l’arbitrage, il y a toujours un sens du relationnel et du dialogue.

Dans la situation actuelle, votre expérience d’arbitre vous aide-t-elle dans votre quotidien de postier ?

Maintenant, je m’occupe d’une équipe. Forcément, quand on est arbitre, on a l’habitude de gérer un jeu. En tant que facteur service expert, on a l’habitude de gérer une équipe. Comme j’étais arbitre avant d’être facteur service expert, l’arbitrage m’a beaucoup aidé : par exemple, quand vous êtes en désaccord avec un agent, il faut savoir expliquer pourquoi.

En tant qu’arbitre, dans un contexte où le respect des règles est particulièrement important, auriez-vous un message à faire passer ?

J’aimerais soulever l’importance du dialogue. Normalement, dans le règlement, un joueur (sauf pour le capitaine ou le coach) n’a pas le droit de discuter avec l’arbitre, mais je considère tout de même que le dialogue est très important et qu’il faut savoir s’adapter à chaque situation.

La mission de service public est un dénominateur commun entre votre activité professionnelle de postier et votre fonction arbitrale, est-ce important pour vous et pourquoi ?

Oui, bien sûr ! En particulier, je considère que le contact et le relationnel sont des choses très importantes, que je retrouve dans mes deux activités.

 

 


Tweeter