Interview des frères Gasmi, arbitres de la Coupe de la Ligue Féminine de Hand

Raouf et Karim Gasmi sont 2 des arbitres retenus pour officier lors de la Coupe de la Ligue Féminine, (19 – 22 février 2015) qui voit s’affronter les meilleures équipes de France. À 27 et 29 ans, ils font partis de l’élite de l’arbitrage Français.

 

Présentez nous votre parcours ? Pourquoi avoir fait le choix de l’arbitrage ?

Nous sommes originaire de la banlieue Est de Lyon, du quartier de Bron Terrallion. Nous avons naturellement commencé le handball à Bron, tout d’abord en tant que joueur puis en tant qu’arbitre très jeunes (13/14 ans).
Nous avons pris goût à l’arbitrage car en tant que personne nous nous somme senti valorisés dans nos actions et nous avons continué étape par étape notre apprentissage.
Nous avons été détecté par notre Ligue (Lyonnais) puis nous avons intégré le programme Jeune arbitre de la FFHB.

 

Vous arbitrez entre frères, cela a-t-il un impact sur votre travail et vis à vis des joueurs et entraineurs ?

Nous pensons que c’est une force effectivement car le lien et la solidarité dans notre binôme est naturelle, nous nous disons les choses clairement sans gêne ni retenue.

 

Plus personnellement, cela a-t-il eu un impact sur votre relation et au sein de votre famille ?

Non pas particulièrement, même si le fait d’arbitrer ensemble peut animer certaines conversation lors de repas en famille !!

 

Vous faites parti des arbitres de la Coupe de la Ligue Féminine de Hand, Qu’est-ce que cela représente pour vous ?

C’est un honneur mais aussi une fierté d’être présent lors des ces finalités de la Coupe de la Ligue féminine.

(NDLR : ils arbitrent les quarts de finale et une demi-finale)

 

Sentez-vous une différence entre l’arbitrage auprès de femmes et d’hommes ?

Oui il y a des différences dans l’arbitrage d’équipes masculines ou féminines, il est plus difficile de siffler des rencontres auprès de femmes car par exemple, un léger contact ou une légère « poussette » peut engendrer de grave conséquences. Nous devons être encore plus vigilant.

 

Que pensez-vous de l’arbitrage des rencontres masculines par des femmes ?

Le sport est vecteur de valeurs, le fait que des femmes sifflent des hommes ou l’inverse est un beau message porteur d’égalité que le handball envoi à la société.

 

Avez vous des échanges avec des arbitres d’autres sports ? Vos rôles sont-ils comparables ?

Nous avons eu la chance de pouvoir participer au Diplôme Universitaire « Arbitrage et Sport de haut niveau » de l’université de Clermont (responsable formation Géraldine Rix), nous avons rencontré des arbitres de foot de Ligue 1, Top 14 de rugby et Pro A de Basket. Lors des séminaires, nous avons pu « comparer » le rôle dans lequel nous exerçons notre fonction, globalement il y a pas mal de similitudes même si le contexte et les enjeux diffèrent selon les sports.

 

Globalement, quel est votre regard sur l’arbitrage actuellement dans l’ensemble des sports ?

L’arbitrage français dans la globalité est bon, les structures et les moyens de détections des arbitres sont performants.

 

A titre personnel, vous êtes vous fixé des objectifs pour la saison, ou plus généralement pour l’avenir ?

Nous n’avons pas d’objectifs particuliers, cependant nous continuons notre apprentissage du très haut niveau, et bien-sur en tant que sportif, car l’arbitre est un sportif, nous espérons un jour représenter nos instantes lors des plus prestigieuses compétitions mondial.

 

 

-Propos recueillis par Yann Dubourg-