Finales de la CDF de Hand 2015 : rencontre avec Coralyne & Ludivine

CDFH2015-2

A l’occasion des finales de la Coupe de France, nous avons interviewé Coralyne (à gauche) et Ludivine, 2 soeurs de respectivement 19 et 21 ans, qui arbitrent la finale départementale féminine ce samedi à 14h.

 

Pouvez vous vous présenter ?

Je m’appelle Coralyne Mauvet , j’ai 19 ans et je suis arbitre R1 promouvable G4. Actuellement étudiante en BTS a Metz, j’arbitre depuis 3 ans avec ma soeur Ludivine, 21ans. Elle est également arbitre R1 promouvable G4 et étudiante en Licence Droit-economie.

Nous sommes toutes les 2 licenciées au club de Villers-les-nancy.

 

Comment êtes vous arrivées à l’arbitrage ? Une histoire de famille… ?

L’arbitrage n’est pas une histoire de famille pour nous, nous avons été attirées par l’arbitrage dans le cadre de l’UNSS et pour dépanner notre ancien club.

 

Quel est votre parcours dans l’arbitrage ?

Nous avons commencé à arbitrer il y a 3 ans en tant que Jeune Arbitre pour la CRJA (commission régionale de jeunes arbitres) de Lorraine avec Alexandre Bailly.

Nous avons débuté en région avec du -18 region puis -18CF homme, intercom + finalité et interligues + finalité.

Cette année nous évoluons dans la section R1 pour passer G4 avec de la PN homme, N3 homme et fille et N2 fille + interpoles fille et garçon.

 

Quels sont les avantages/ inconvénients à arbitrer avec votre sœur ?

Il y’a, en effet, des avantages à siffler entre sœurs : une meilleure communication, compréhension très rapide et nous n’avons pas peur des critiques.

Il y a aussi des inconvénients car l’arbitrage touche à notre relation privée. Nous ramenons alors les émotions positives et négatives perçues au handball directement à la maison.

Mais notre famille est très présente, notamment nos parents et surtout notre papa avec qui nous parlons beaucoup de hand et d’arbitrage.

 

Qu’est ce que cela représente pour vous ? Comment appréhendez vous ces finales ?

Les finales de coupe de France représentent une récompense du travail que nous avons fourni depuis 3 ans, notamment des sacrifices personnels que nous avons fait.

Nous sommes très heureuses d’avoir été choisies et de représenter l’arbitrage féminin et la Lorraine. C’est aussi une expérience enrichissante pour la suite de notre apprentissage.

 

Que pensez vous de l’arbitrage dans le handball aujourd’hui ?

Dans le handball, l’arbitrage connaît une excellente formation, les arbitres sont mis en avant grâce à des rencontres et des stages de formation sont organisés afin d’envisager une future relève.

L’arbitrage évolue de jour en jour, les mentalités également, arbitrer doit être un plaisir et non une contrainte, c’est une belle expérience à vivre et à partager.